, , , , , , , , , , , , , , ,

Lorsque démissionner devient un ART (Part 1)

12:29


Je me souviendrai toujours de mon commencement de ma jeune carrière professionnelle : dès la fin de ma graduation, j’avais fait des recherches d’emploi digne d’un gladiateur: pour moi, le chômage n’était pas une option. Je ne pouvais pas prétendre demander à qui que ce soit de prendre soin de moi (et ce n’est pas mon genre) et j’étais déterminée à mettre le turbo et trouver un emploi le plus vite possible, pour pouvoir écrire quelque chose de solide dans mon CV (car on sait qu’en tant que jeune, combien tu veux montrer que tu as une grande expérience professionnelle). 

Ainsi, je trouvais mon emploi en marketing et vente dans cette entreprise. J’étais très excitée, car j’ai pu trouver cet emploi en très peu de temps et les conditions de travail étaient agréables au début.

Pourtant, 360 jours après être entrée dans cette entreprise, je posai ma démission! J'étais épuisée émotionnellement par tout ce qui m'était demandé de faire, ainsi que l'environnement de travail qui n'était pas propice à ma croissance professionnelle.

Mon article, aujourd’hui veut être le stimulant à toi qui ne te sens plus à l’aise dans ton emploi, et surtout, à trouver l’entreprise dont les valeurs sont assez similaires aux tiennes. Oui, je crois que la compagnie, ou plutôt sa culture, doit aller de pair avec tes principes de vie. Si ce n’est pas le cas, je crois qu’il te faut chercher ailleurs... et être à l’aise de démissionner. Ainsi, j'énumérerai les raisons qui peuvent te pousser à démissionner.

Avant toute chose,  je veux signaler que l’intégration en entreprise est similaire au fait d’entrer dans une relation amoureuse. Quand cela marche, tu es gagnant, mais quand cela échoue, tu es tout aussi responsable que ton employeur. Je pense aussi qu’il ne faut pas t’accrocher à un emploi corps et âme, et qu'il te faut toujours revenir à la base. Si tu vas travailler uniquement pour de l’argent, il n’y a aucune différence entre un petit job et un travail, vu que la finalité est la même pour moi. Par ailleurs, l’argent ne devrait en aucun cas être la raison première de ton intégration en entreprise: Tu peux gagner un salaire à 6 chiffres et te retrouver dans un environnement misérable et faire même une dépression. Regarde autour de toi et tu verras que l’ensemble des personnes ayant eu un cas de burn-out (épuisement professionnel) auraient tout donné pour être dans un climat paisible et porteur à leur croissance professionnelle.
Donc, il est important de remettre à la bonne place chacun des critères que tu recherches chez un employeur, et tu dois aussi évaluer ce que tu es capable de lui apporter: bref, tu as autant ta part à faire que ton employeur pour avoir la meilleure alchimie possible.



                                              credit photo: Andy Smith                             

Les raisons d’une démission

Une démission n’est pas émotionnelle. Ce n’est pas parce qu’un collègue t’a insulté ou manqué de respect une ou deux fois que tu dois prendre la décision de partir. Je ne crois pas qu’un milieu de travail soit meilleur qu’un autre, mais je crois qu’il y a des raisons légitimes qui doivent te pousser à considérer cette option.

1.     Lorsque ton employeur ne suit pas les termes de ton embauche

Un des tracas, dans lesquels je me suis retrouvée, est le fait que durant mon intégration, dans cette même entreprise, il y a eu des changements de postes tellement soudains que je me suis retrouvée à faire des tâches qui n’avaient aucun rapport avec ma description de poste initiale. Il n’y a pas eu de discussion ou négociation de ces nouvelles conditions de travail. Comme j’avais vraiment besoin d’expérience et de crédibilité professionnelle, l’accord était devenu tacite entre eux et moi : je pouvais accumuler le plus d’expérience possible, et mon employeur  n’avait pas à se préoccuper d’embaucher plus de personnes pour les mêmes tâches...

Ce type de situation arrive dans beaucoup de compagnies et cela ne devrait plus être surprenant. Mais ceci est une mise en garde à toi, qui es un futur diplômé ou un récent diplômé, de prendre soin de comprendre les conditions de travail dans lesquelles tu es prêt à œuvrer et savoir ce que tu es prêt à faire et pas prêt à faire pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Et si tu es amené à faire des choses qui vont contre ton intégrité, démissionner doit devenir une option TRÈS sérieuse.  


2.     Lorsque tu réalises que tes possibilités d’avancement sont quasi nulles

C’est vrai que lorsque tu cherches un emploi, rares sont ceux qui ont la possibilité d’avoir leur factures payées par un tiers. Avoir à payer des charges est un stress en tant que tel, sans compter que ton estime de soi est dépendante de ton statut professionnel. Mais il est important de ne pas t’enfarger dans une entreprise parce que tu as une paie toutes les deux semaines. Il est important de prendre de la perspective sur ton avenir dans une compagnie et d’avoir une vision long-terme. Les meilleurs moyens, pour avoir cette perspective, peuvent se faire lors de ton évaluation avec ton employeur. Que dit-il de toi? Du positif? Te donne-t-il des paroles d’encouragement et de nouvelles responsabilités? Trouve- t-il le moyen de souligner tes bons efforts auprès de tes collègues? La question est de capter sa vision de toi et de voir si tu t’y alignes. Si ce n’est pas le cas, démissionner devient une option sérieuse…

3.     Lorsque les valeurs de la compagnie sont contraires aux tiennes

Ce point est le moins évident des trois cités. Supposons que ton employeur est bien et tu as une bonne description de poste. Tout semble aller bien. Mais ce n’est pas le cas de ta compagnie. Tu peux  être quelqu’un d’honnête, de vertueux et de travailleur, mais tu es mal perçu par tes collègues et supérieurs. Je peux même extrapoler dans des exemples plus concrets. Une de mes connaissances travaillait dans une entreprise de renom, mais ses supérieurs concourraient à des détournements de fonds. Pour allouer certains contrats, on lui demandait d’apposer sa signature, ce qui l’aurait fait tremper dans le même type de jeu vicieux. Je n’ai pas besoin d’aller plus loin pour dire que démissionner est devenu, pas seulement sérieux, mais la meilleure décision pour elle.

Il faut vraiment faire attention à l'éthique culturelle et corporative d'une compagnie, c'est vrai que c'est difficile à cerner au moment d'une entrevue (dans le prochain article, j'irai plus en détail), mais il faut vraiment que tu sois vigilant dès les premiers contacts avec un potentiel employeur. La question est, jusqu'où, tu es prêt à aller pour satisfaire ton employeur? Car même des cas d'harcèlement moral, de la part de ton employeur ou des collègues, existent bel et bien.

Dans le prochain article, je parlerai de la préparation stratégique à la démission. Reste donc attentif et partage cet article à toute personne qui pourrait vivre une situation similaire que celle décrite, cette information est gratuite et cela peut éviter beaucoup de tracas pour plusieurs.

Inès Kodo Betti.



Vous aimerez aussi

2 comments

  1. Ines j'aime beaucoup ta passion et j'ai lu avec un grand intérêt ton article. Mais j'aimerai quand meme apporter quelques nuances.

    Quand j'ai lu ton titre j'étais très excité, j'imaginais que tu parlerais de l'art de quitter pour se mettre à son propre compte. C'est vrai qu'il faut négocier une carrière en envisageant une certaine mobilité vers la meilleure des situations, mais à long terme à mon avis le problème n'est pas résolu. D'une entreprise à une autre on reste un employé. Je crois que le parcours professionnel doit servir une seule cause: La libération et l'indépendance financière, et cela passe par la création de sa propre entreprise.

    J’apprécie les motifs que tu as énuméré et je suis parfaitement daccord. Mais ca me semble etre des motifs "négatifs" qui vont induire une rupture. Dans ce cas l'employé sort sous un climat d'insatisfaction. Je te proposerais de regarder aussi aux motifs "positifs" qui permettraient de partir le coeur leger et avec la bénédiction de ton boss et la satisfaction d'avoir béni l'entreprise. Je craint qu'il n'existe pas beaucoup d'entreprises ou un chrétien se sentirait très épanouis et vu la conjoncture on pourrait devoir se contenter de son emploi et négocier sa libération à partir de là ou on est. Souviens-toi que Joseph a connu de très grandes tribulations chez son employeur mais il n'a pour autant démissionné et après coup il a connu une forte promotion. Je pense que le chrétien doit dabord considérer ce qu'il offre avant de regarder à ce qu'il reçoit. Notre présence au sein d'une entreprise doit avoir pour motif non pas de recevoir un bon salaire, mais de contribuer à la prospérité de cette entreprise. Cette perspective à mon avis change tout. Et nous n'envisageront de partir que lorsque nous aurions apporter le maximum de contribution possible à la croissance de l'entreprise. Je donnerais donc trois raisons POSITIVES de partir.

    1- Partir quand vous avez développer une telle expertise que l'entreprise n'est plus a même de vous rémunérer à la hauteur de vos capacités reconnues. En réalité vous commencer à plafonner et vous vous ennuyer de la routine de cette entreprise. De nouveaux défis vous appellent, vous avez donner votre maximum à l'entreprise. Il faut partir.

    2- Au sein de l'entreprise vous faites des propositions au boss pour l'amélioration des process ou pour l'amélioration de la qualité des produits ou pour l'exploration d'un segment du marché porteur. Mais le boss semble avoir une vision "limitée" de l'opportunité. Vous êtes dans une dynamique de l'innovation que l'entreprise ne compte pas ou ne peut pas valoriser. Allez proposer cela au concurrent. Il vous fera un meilleur contrat avec vos bonnes idées. Dans ce cas vous n'avez même pas besoin d'une offre d'emploi pour approcher l'entreprise.

    3- Vous êtes dans votre entreprise pas pour avoir un salaire, mais pour acquérir de la compétence et pour avoir une bonne lecture du marché. Ne travailler surtout pas pour l'argent, mais pour développer votre compétence. Ne soyez en réalité pas un "Employé", soyez un intrapreneur, c'est à dire un employé qui avec le temps développe des aptitudes d'entrepreneur et de boss. Après 05 ou 10 ans de carrière vous avez une parfaite connaissance du marché et des besoins non ou mal satisfaits. Vous êtes capable de lancer votre propre entreprise et votre entreprise actuelle pourrait bien devenir votre client. PARTEZ !!!!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour!
    J'ai bien aimé aussi ta passion à m'écrire et je suis désolée de la déception que tu aurais pu avoir concernant mon sujet. Je suis tout à fait d'accord avec ton point de vue concernant les chrétiens qui sont appelés à être des entrepreneurs qui doivent -coûte que coûte- ne pas se laisser faire dans un plafond de verre de ''salarié''. Par contre, au vu de mon expérience, ce n'est pas tout chrétien qui est appelé à être entrepreneur et ce texte était adressé à cette personne qui vivre des turbulences dans une compagnie qui ne le valorise pas assez pour qu'il déploie ses dons.
    Mais sans rancunes, j'apprécie beaucoup ce type de commentaires et cela me donne plus d'ouverture sur de prochains articles, et j'espère pouvoir compter sur ton opinion très pertinente!
    Merci encore pour le temps accordée pour ce valeureux commentaire, je l'apprécie!

    RépondreSupprimer

Merci de me lire et de me donner ton feedback!

Membres

Translate