, , , , , , , , , , , , , , ,

3 critères qui montrent pourquoi ton diplôme est dangereux! (Part 2)

12:51


La semaine dernière, le point de mon article était de te montrer à quel point tu ne dois pas uniquement t’accrocher derrière ton diplôme pour garantir la carrière de tes rêves. Ton bonheur sera proportionnel au fait que tu te fasses un plan de carrière (planification) et le fait que tu l'exécutes coûte que coûte (application).

  
                Quel est le commencement des choses?

Que tu sois étudiant ou au commencement/transition de ta carrière, je crois qu’il t’est important de prendre le temps de réfléchir à ton objectif de vie. Dans la plupart des cas, j'ai constaté que tu vas l'école en t'attendant à ce qu'elle te donne la réponse sur ce que tu es censé apporter dans ce monde (et c'était mon cas). Je crois ce que postulat est une GROSSE erreur, car en ce qui me concerne, si j'avais commencé plus tôt à réfléchir sur quel était mon projet de vie, j'aurai pris plus d'avance sur ce que je suis en train de commencer à accomplir: entériner ma passion pour le leadership et aider quiconque sur mon chemin à aller à son plein potentiel.

 Je crois sincèrement qu’il y a un travail de fond qui doit être fait au préalable : Que comptes-tu apporter dans ce monde? Je pose cette question rapidement sur ces lignes mais elle est la question fondamentale que chacun ''assez mature'' devrait se poser. Ou si je peux reformuler, quel est le sens de ta vie? Ces questions sont lourdes, des fois tellement lourdes que la plupart des gens ne prennent pas le temps d'y réfléchir. Et du coup, on se jette dans l'école pour nous outiller, guider alors que ce n'est pas son rôle premier.

Il est important de prendre le temps d’y réfléchir car, si tu prends un temps afin de te clarifier les idées, alors tu réaliseras que ton diplôme n’est qu’un catalyseur de dons et habiletés que tu possèdes déjà. Ton diplôme t'aidera juste à mettre en avant les compétences que tu possèdes à bon escient.
  

  


                          (Mon fiancé et moi, le jour de ma graduation en  mai 2011)  



1.     Si tu n’as pas une grande idée de ce que tu devrais faire

Je vais prendre mon exemple pour illustrer comment j’ai fait mon chemin : quand j’étais petite, je ne parlais pas beaucoup. Vraiment pas. J'étais très timide, et du coup, je ne m'exprimais librement qu'auprès des personnes qui étaient proches de mon environnement: ma famille et mes amis intimes. Un des exemples marquants était le fait que lorsque j'allais chez mon grand-père, lors des célébrations de Noël, quand tout le monde était content de se retrouver, moi, je pouvais rester assise sur une chaise dans le couloir d'entrée durant des heures et observer ma famille passer devant moi et discuter. J’étais fascinée par les gens. Je prenais toujours soin de regarder tous les détails de leur habillement, la façon dont ils se saluaient, conversaient et interagissaient entre eux. C'était mon jeu à moi.
Je faisais la même chose à l'école: durant les temps de récréation, cela ne m'intéressait pas vraiment de jouer avec les autres enfants. Si je n'observais pas mes camarades interagir et jouer entre eux, je me plongeais dans les livres que ma mère me donnait. Je m’amusais à lire sur les lèvres de mes camarades qui étaient en pleine conversation. Je n’avais pas souvent grand-chose à dire la plupart du temps, mais j’arrivais toujours à traduire un message qui était souvent incompris lorsque plusieurs personnes essayaient de se faire comprendre.


Un des autres passe-temps qui s’est développé durant mon adolescence est le fait que j’étais absorbée à faire des puzzles, et des casses-têtes en tout genre. Je pouvais passer des week-ends entiers à en faire si bien qu’avoir de la compagnie passait en seconde catégorie pour moi. Mes meilleures amies étaient assez conciliantes. Si bien que quand j'allais chez elles, je passais mes après-midis dans une chambre tandis qu'elles pouvaient profiter du beau temps.


Je prends ces exemples de mon enfance, car je crois que beaucoup de détails sur notre identité viennent à partir de là. Quand tu es petit, tu vas accomplir ce qui te plaît sans vraiment faire de compromis par rapport à ton environnement. Si tu parviens à revenir sur ce que tu faisais naturellement, cela te donnera beaucoup de stimuli pour trouver ''ta voie''.



Si tu ne trouves toujours pas,  voici autre chose qui pourrait t'aider et c'est une pratique que je fais souvent lors de sessions de coaching: fais un sondage de tes dons auprès de ton environnement direct. Cela consiste à demander aux personnes qui sont les plus proches de toi (et qui te connaissent pratiquement sur le bout des doigts), quelles sont tes forces premières. Quelle serait la chose que tu effectues sans réfléchir et qui a tendance à te faire sortir du lot? Une autre façon de le voir serait de te poser la question suivante: Quelles sont les tâches qu’on te délègue FACILEMENT car on voit que tu as de grandes  habiletés dedans?


      2.   Lorsque tu cernes tes dons


J'ai finalement compris que j'étais douée en communication et en relationnel. Les notes où j'excellais même le plus à l'école étaient les langues. Une des choses que j’ai donc dû faire, a été de procéder à des tests de personnalité. Ceci, afin de valider ces dons / qualités innées que j'ai: car, le but final est de centrer mes forces dans la bonne ''filière'' professionnelle. J’ai fait le test  du Strenghtfinder (tu peux aussi te procurer le livre sur Amazon en français). C’est un test de personnalité qui te permet de cerner tes 5 forces majeures et à la suite de ce test, il te dicte l’ensemble des environnements dans lesquels tu pourrais fleurir et t’épanouir. J’avais déjà compris que communiquer était facile pour moi, mais j’ai compris, par contre, que j’avais un sens à la résolution de problèmes extrêmement développé. Donc en adaptant la communication et la résolution de problèmes, il m’était évident que faire marketing et management était la solution pour exposer ses qualités-là quand je faisais mon choix de spécialisation.
  

  Lorsque tu œuvres dans le domaine de tes dons

Par la suite, lorsqu’il a fallu faire ma recherche d’emplois, l’avantage de cerner mes dons est le fait de ne pas perdre mon temps dans des offres que je recevais. J’avais de grandes capacités à convaincre autrui et j’aimais résoudre les problèmes donc la vente et la stratégie d’affaires me sont aussi venues de façon intuitive. Et il s’avère que ce fut le meilleur choix que j’ai fait, car je n’ai pas à me mettre de la pression sur des habiletés que je possède déjà. Convaincre, négocier, persuader, tout en résolvant les problèmes de mes clients est ce que je fais naturellement. Non seulement, je résous des problèmes différents quotidiennement, cela stimule mon intellect, mais qui plus est, je suis amenée à bâtir des relations solides avec eux. Du coup, je développe même des relations de partenariat d'affaires multidirectionnelles.

Grâce à ce discernement, cela m'a permis d’augmenter drastiquement mon champ de compétences. En effet,  je crois que si tu es bon dans un domaine particulier, il te sera facile de t’améliorer dedans. Selon la loi du couvercle de John Maxwell (law of the lid), il stipule que si tu as 6.5/10 sans vraiment faire d’effort dans une matière/don en particulier, il te sera assez facile de te perfectionner et d'atteindre le 08.5/10 ou le 09/10. Cela n’aura rien à voir avec une matière où tu as 02/10, et où, tu souhaites atteindre le 09/10. Même si tu mets un très grand effort dedans, tu feras difficilement partie de la crème. Maintenant, je me concentre à parfaire ma communication (parler, écrire, écouter et lire) et ma résolution de problèmes (en donnant des sessions de coaching, et du counseling).


   Travailler dans tes acquis augmente ta motivation et ton envie d'aller plus loin


Quand tu sais que tu as fait le bon choix, tu n’as besoin de personne pour te motiver à travailler et à te réveiller le matin. Tu n’as pas besoin même qu’on te dise que tu vas avoir plus d’avantages sociaux pour travailler avec excellence. Inconsciemment, tu seras ouvert à emmagasiner plus de connaissances, tu vas commencer à faire plus de recherches sur internet dans ton domaine de prédilection, et tu vas vouloir améliorer naturellement tes lacunes. Tu seras tellement motivé à grandir dans ton domaine, que naturellement tu seras plus concentré à apprendre plus, et naturellement tu feras la différence. J’ai étudié que lorsque tu es motivé dans l’accomplissement d’un projet, tu développes un eustress et un flow. Cela revient à dire que tu es tellement concentré et déterminé à livrer le mandat qui t’a été donné, que tu ne vas plus compter les heures et tu vas avoir un eustress qui consiste à avoir de l'adrénaline dans le fait que tu travailles; tu es conscient de ton progrès, et tu ressens de la satisfaction au fur et à mesure de tes avancées. Sortir de ta zone de confort fera partie de ton quotidien et tu iras beaucoup plus vite dans l'application de tes tâches quotidiennes. Et avec le temps, cela aura des effets multiplicateurs sur ta carrière. Car chaque jour, tu es motivé, tu fais plus, tu te démarques et ton estime de soi va à son maximum.







                       (Juillet 2014, en vacances mais heureuse de penser à revenir au travail!)
  


 Quand tu fais le bon choix, tu t'accomplis dans ta communauté

Finalement, il est crucial de faire les choses dans le bon ordre. Comprendre d’abord son projet de vie est le commencement de toute chose. Que tu sois à l’université, en train d’en sortir ou en transition de carrière, tu dois prendre du temps à investir en toi. Tel un projet que tu veux commercialiser, tu dois d’abord savoir quel en est le but. Une fois que tu as cerné ton projet de vie, tu discernes les caractéristiques premières de ce qui fait de toi un être exceptionnel.  Ainsi le diplôme est un ajout pour valoriser ce que tu possèdes déjà et il sera donc un propulseur de ta carrière, ce qui aura des répercussions exponentielles dans le bien-être dans les êtres qui te sont chers et ceux qui sont proches de toi indirectement.










Vous aimerez aussi

0 comments

Merci de me lire et de me donner ton feedback!

Membres

Translate